logo site
logo linkedin logo twitter logo facebook

BLOG

La Tour de Babel et la babélisation de l’esprit

La Tour de Babel et la babélisation de l’esprit

- Réflexions - Dimanche 13 Janvier 2019


« Toute la Terre avait une seule langue et les mêmes mots. Comme ils étaient partis de l’orient, ils trouvèrent une plaine au pays de Schinear et ils y habitèrent.
Ils se dirent l’un à l’autre : allons ! Faisons des briques et cuisons–les au feu. Et la brique leur servit de pierre, et le bitume leur servit de ciment.
Ils dirent encore : allons, bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche au ciel, et faisons-nous un nom, afin que nous ne soyons pas dispersés sur la face de toute la terre.
L’Eternel descendit pour voir la ville et la tour que bâtissaient les fils des hommes.
Et l’Eternel dit : voici, ils forment un seul peuple et ont tous la même langue, et c’est là ce qu’ils ont entrepris ; maintenant rien ne le empêcherait de faire tout ce qu’ils auraient projeté.
Allons, descendons et là, confondons leur langage, afin qu’ils n’entendent plus la langue les uns des autres.
Et l’Eternel les dispersa loin de là sur la face de toute la terre,  et ils cessèrent de bâtir la ville.
C’est pourquoi on l’appela du nom de Babel, car c’est là que l’Eternel confondit le langage de toute la Terre. »
(Le Pentateuque, Genèse 11).

Les hommes ne pensèrent plus dès lors que chaque mot n’avait qu’un seul sens, identique pour tous, mais ils crurent que chaque mot qu’ils entendaient ou prononçaient avait plusieurs sens, parfois contradictoires.
Et ainsi les hommes, incapables de se comprendre entre eux, durent désormais résoudre leurs différends non par la parole mais par la guerre.
Beaucoup plus tard, les hommes créèrent une Assemblée où on aurait pu recourir à la concertation plutôt qu’aux armes et où les mots, dûment traduits, auraient de nouveau le même sens pour tous.

Mais c’était sans compter sans l’invention des ‘faits  alternatifs’, qui vinrent créer une confusion babélienne dans les cerveaux et qui occupent actuellement des millions de pages dans les réseaux sociaux, dans les quotidiens, les revues, la Radio, les chaines T.V., les livres…

L’origine des « fake news »

Si l’utilisation du double sens des mots existe depuis longtemps, la création du nom faits alternatifs ou fake news pour désigner un changement total de sens du mot "faits" est très récent, puisqu’il date du 22 Janvier 2017.
La veille, Sean Spicer, une conseillère de Donald Trump, avait accusé les Médias d’avoir sous estimé l’importance de la foule présente lors de la cérémonie d’investiture du Président Trump, et avait affirmé qu’il y avait au contraire la plus grande audience jamais enregistrée jusque-là pour ce genre de cérémonies.
Or tous les documents : T.V., bandes photos, reportages divers, etc. montraient qu’il n’en était rien.
Le lendemain, lorsque le journaliste de la NBC News, Chuck Todd, avait demandé à Kellyanne Conway pourquoi Sean Spicer avait menti la veille, Kellyanne lui avait répondu : vous appelez cela un mensonge, mais Spicer a seulement donné des faits alternatifs, puisque le nombre de présents à la cérémonie ne pouvait être ni prouvé ni exactement quantifié.
Et l’utilisation des faits alternatifs, ces modernes rejetons de l’antique malédiction divine, s’était partout répandue, alors même que toute la Presse révélait les incessants mensonges que Trump avait diffusés durant la campagne électorale.

Les Mots-Mensonge

Embrouiller les esprits pour mieux les dominer grâce aux mensonges, aux fausses nouvelles, aux Infox (Fake News) est une tactique qui date de la nuit des temps, mais elle a désormais pris une ampleur inquiétante.
Ce sont les U.S.A qui ont inventé les Fake News, qui ont renforcé la babélisation des esprits, mais il y a une autre façon, plus subtile et donc plus pernicieuse et plus efficace de troubler les gens : les Mots-Mensonge.
Ce sont ces mots qui, détournés de leur sens premier, permettent de transformer en son contraire ce qu’exprimait habituellement une phrase.
Sans explications, avec une grande économie de temps et de travail on parvient, grâce à un seul mot, au même résultat qu’on obtenait autrefois avec beaucoup plus d’efforts et moins d’efficacité.

« Race », un mot-mensonge

Un bon exemple de mot-mensonge est celui de ‘race’ qui, détourné de son sens premier, fait des ravages lorsqu’on lui donne (parfois par ignorance et parfois à des fins politiques) le sens d’espèce.
Notre Constitution, --comme l’Unesco, les anthropologues et bien d’autres-- dit et confirme que l’humanité est une, et que tous les hommes appartiennent à la même espèce.
Les généticiens, de leur côté, expliquent que le mot de race désigne des différences uniquement extérieures qui, malgré leur visibilité, sont sans importance réelle.
Et elles sont en effet sans importance réelle, sans importance sociale et sans importance scientifique, mais seulement lorsque chaque mot n’a qu’un sens. A l’inverse, quand on donne au mot race le sens d’espèce, on transforme un mot innocent en machine de guerre, en vecteur d’injustice et de terribles souffrances : le mot race a désormais deux sens, c’est devenu un mot qui se propage en tant que ‘fait alternatif’, et qui peut être : soit une différence d’importance nulle soit au contraire une différence essentielle : celle qui sépare les humains des animaux.
Or un fait alternatif n’est pas une autre possibilité, c’est une contre vérité, un pur et simple mensonge, une Fake New, une « fausse information, propagée dans le but de tromper l’auditoire ou les lecteurs ».
Et le mot-mensonge de « race », désormais entendu comme « espèce », s’était répandu partout, mais de façon particulièrement désastreuse aux Etats-Unis, où il avait conduit à la traite des Noirs, à l’esclavage et à leur cortège de souffrances.
Et c’est ainsi qu’on avait permis à quantité de braves gens de trouver normal de traiter ceux qui n’étaient pas blancs comme s’ils étaient d’une autre espèce, et donc qu’il était licite de les considérer comme des animaux. (1)
Ainsi se propagea, par la simple utilisation d’un seul mot-mensonge, une des pires injustices d’un monde où il y en a hélas beaucoup.
Et c’est le même contresens qui, encore aujourd’hui, permet à certains de se croire supérieurs à d’autres, parce qu’ils ont une couleur de peau, une religion ou des coutumes différentes des leurs.
Le 18 décembre 1876, le Président Abraham Lincoln abolissait l’esclavage, aux Etats-Unis, mais l’idée tenace de ces fausses infériorités n’a pas disparu, ni là ni ailleurs, et continue à causer partout mésentente, malheur et crimes.

« Humain » et son « sens alternatif »

Et que dire du mot « humain » dont le sens alternatif est, suivant les dictionnaires, compréhensif et compatissant ou bienveillant, bon et secourable ?
Vraiment ? Alors que nous éliminons sans pitié tout ce qui met un frein à notre avidité, et que nous sommes les seuls, parmi les mammifères et la plupart de autres animaux, qui vont jusqu'à s’entretuer ?
En effet, comme nous l’a appris Konrad Lorentz, lorsque deux mâles non humains s’affrontent pour conquérir leur femelle ou le pouvoir, dès que l’un sent qu’il va perdre, il le signale par son attitude. Et aussitôt le plus fort s’écarte et le laisse partir, certes humilié et parfois blessé, mais vivant.
Alors que nous…


Beaucoup de mots-mensonge circulent sur les réseaux en répandant absurdités, fausses nouvelles et balivernes qui encombrent et alourdissent nos cerveaux.
Ceux qui les détecteront, puis s’attacheront à les dénoncer feront du bon travail… mais ils devront avoir beaucoup de courage car rien n’égale la capacité de nuisance des mots-mensonge qui nous envahissent et dont les ordinateurs multiplient désormais la puissance à l’infini.


Gabrielle Rubin © tous droits réservés
-------------------------
(1) En espérant qu’on parviendra bientôt à traiter de façon convenable nos cousins les animaux.

Lire la suite...
La double vie secrète de l'aimable Empathie

La double vie secrète de l'aimable Empathie

- Réflexions - Mardi 25 Septembre 2018


Nous sommes étonnés quand nous apprenons qu’une femme, moralement et physiquement maltraitée par son mari, n’arrive pas se révolter et qu’elle annule rapidement sa plainte quand elle a eu le courage d’en déposer une. Nous le sommes aussi lorsque nous découvrons qu’un entrepreneur jusque-là habile, a été ruiné par un escroc, que par un tour de passe-passe un espion a berné un Etat, ou encore que certains sont, et demeurent durant des années, sous la coupe d’un gourou.
Et nous nous demandons surtout par quel mystère tel dictateur est démocratiquement élu et réélu par des sujets qui l’aiment sincèrement, alors qu’ils vivent misérablement et qu’ils ont faim et froid, tandis que le Chef et ses acolytes vivent somptueusement ?
Car ils les aiment vraiment (tout comme l’épouse maltraitée aime son mari et le défend si on l’attaque) et il n’est que de se rappeler les ruisseaux de pleurs qui ont été répandus derrière le cortège funéraire de Staline, de Mao, de Nasser et bien d’autres, pour le voir clairement.
Je me propose donc d’avoir ici recours à des notions de psychologie pour éclairer cette question.

L’Empathie, et sa meilleure alliée : la Sympathie

L’empathie est une faculté qui permet de se glisser dans la tête d’un autre être vivant, de penser comme lui, de s’identifier à lui, presque de devenir lui pendant un court moment.
Si cette faculté existe en nous depuis la nuit des temps, on ne l’a définie et nommée ainsi que récemment, puisque c’est en 1873 que le psychologue allemand Friedrich Théodore Vischer a créé et utilisé le mot de ‘Einfühlung’ que nous traduisons par ‘empathie’.
Un mot ensuite repris par son fils Robert dans sa thèse de doctorat, et qui a fait florès depuis.
Il est cependant indispensable de savoir que si l’empathie donne la possibilité de pénétrer dans la pensée d’un autre et de s’identifier à lui, elle n’implique nullement, et même qu’elle exclut, tout sentiment affectif envers cet autre.
Il est clair que ni l’espion, ni l’escroc, ni aucune autre personne « qui vit aux dépens de celui qui l’écoute » ne peut aimer ni haïr sa victime.
Car il est impossible de trahir qui on aime et que la haine est une pulsion brûlante qui interdit de raisonner sainement.

Mais l’empathie peut par contre facilement s’allier avec la sympathie, qui est notre capacité à partager la souffrance d’un autre et qui, lorsque nous la ressentons, nous incite à vouloir l’aider (1).
L’empathie n’est donc ni bonne ni mauvaise, elle est, tout simplement : elle ouvre la porte, rien de plus.
Mais lorsque la bienveillante Sympathie (qui apporte amour et compassion) vient épauler l’indispensable Empathie (qui révèle la véritable attente de l’autre), le couple devient efficace, par l’addition de la sympathie qui aime avec l’empathie, qui sait.

Ce n’est donc que lorsqu’elle s’unit à la sympathie, qui aide
et console, qu’elles apportent ensemble le soulagement.
Et c’est cette alliance qui permet à un être (humain ou non) d’apporter à un autre qui va mal les mots, les gestes et la compréhension qui le réconforteront et lui redonneront confiance en lui et en son devenir.   
Ces deux co-mères ne sont toutefois pas égales, car si la sympathie est rare, l’empathie est la chose la plus répandue qui soit : les animaux eux-mêmes en sont largement pourvus et elle est plus ou moins présente dans tout ce qui vit.
Mais il ne faut jamais oublier qu’espions, escrocs, gourous et autres engeances sont des séducteurs qui sont capables de paraître sincèrement compatissants alors qu’ils ne savent même pas ce que ce mot veut dire.

Empathie et Pulsion d’Emprise

Si la neutralité de l’empathie lui permet de faire corps  avec  la compassion, elle lui permet aussi de s’unir avec la (parfois) désastreuse emprise.

Tout est alors bien différent et, de lumineux qu’il était, le couple devient destructeur, car celui qui a pu jeter son dévolu sur un autre grâce à l’empathie, s’empare de l’esprit de sa victime qu’il va dès lors pouvoir torturer jusqu’à sa mort.
Une mort qui va survenir rapidement et de façon sanglante lorsque le prédateur est un obsédé sexuel, ou avec une savante et douloureuse lenteur quand il s’agit d’un pervers.
Emprise est d’ailleurs un mot qui en dit long par lui même, car il est formé d’après le mot latin ‘prehendere’ qui a donné ‘pendre’ en français, un verbe qui est constitutif de l’emprise psychologique.
C’est une force obscure, qui s’en prend à un être humain, s’empare de sa pensée grâce à son empathie, et arrive ainsi à le berner et à le torturer, psychiquement et  physiquement.

L’opinion de Freud sur le couple empathie/emprise
Freud a beaucoup varié au sujet de la pulsion d’emprise. Au Congrès de la Société Psychanalytique de Vienne de 1907, il trouve une action certes modeste, mais bénéfique, à ce qu’on appelle encore ‘la suggestion’. En 1920 dans ‘Au-delà du principe de plaisir’, un changement radical le conduit à écrire que la pulsion d’emprise pourrait n’être qu’un dérivé de la pulsion de mort, un désir de retour à l’inorganique.
Mais cinq ans plus tard il reprenait et approuvait (in Ma vie et la psychanalyse) ce qu’il disait en 1907 à Vienne, où il avait reconnu qu’une contrainte, certes minime mais cependant présente et bénéfique, était demandée ou imposée au patient, et que c’était grâce à elle et au travail psychique du patient que le transfert devenait conscient et permettait à l’analysant de constater que sa façon d’agir reproduisait les relations affectives émanant de la période refoulée de son enfance.

L’empathie est donc imposée au patient, mais c’est elle aussi qui permet au thérapeute de se sentir si proche de lui qu’il ‘devient lui’ durant quelques courts instants.
Ces instants sont précieux, mais ils doivent demeurer rares et brefs, car si l’irruption d’un savoir --vécu comme mystérieux-- déclenche chez le patient une soudaine et bénéfique adhésion aux dires du psy, elle peut aussi être dangereuse si elle est mal utilisée, et conduire à une interdépendance fusionnelle désastreuse.

Empathie/emprise : une association qui tue la pensée

Dans d’autres cas enfin, la pulsion d’emprise peut être  sadique ou criminelle sans pour autant vouloir la mort de la victime, et elle se contente alors d’abolir ce qu’il y a d’essentiel en elle : sa pensée.
Le plus parfait exemple en est celui des membres de la secte, privés de pensée par l’emprise qu’exerce sur eux le gourou : aidé de ses acolytes, il fait de ses adeptes non seulement ses esclaves mais, pire encore, des êtres à la tête vide.
Des morts-vivants, des zombies… des robots sans pensée et sans âme, et qui ne sont plus rien.
Tous ceux qui ont la malchance de tomber sous l’emprise d’un ‘autre’ malveillant : escroc, espion, conjoint ou faux ami, n’ont heureusement pas l’esprit réduit à néant, comme le sont ceux capturés par un gourou.
Mais chez toutes les victimes se produit –durant un temps plus ou moins long-- un grand appauvrissement des capacités affectives et intellectuelles, une incapacité de raisonner clairement et dont les décisions lui sont dictées par celui qui le tient sous sa coupe.


Il faut donc rester particulièrement attentif et penser à la possibilité de se laisser ‘embrouiller’ l’esprit par ces êtres particulièrement séduisants que sont les escrocs, les espions, les politiciens, les inventeurs de sectes et autres, et ne jamais penser ‘moi je ne me laisserais pas embobiner ’. Car c’est lorsque l’empathie, qui sait ce que désire entendre la victime, et l’emprise, qui est capable de lui faire croire qu’elle l’a obtenu, se mettent ensemble au service d’un séduisant prédateur que le danger est le plus grand.

(1) Du grec syn = avec, et pathos = souffrance.

Lire la suite...
Les pervers araignées

Les pervers araignées

- Réflexions - Lundi 09 Juillet 2018


Les pervers araignées

Les pervers sont nombreux, et chacun d’entre eux l’est à sa manière, mais on peut les ranger quand même en deux grandes catégories : celle des pervers sexuels, et celle des pervers manipulateurs ou "pervers-araignée".

Les araignées ont une trouvé une façon intelligente, subtile et particulièrement cruelle de résoudre le problème qui se pose à tout être vivant : le besoin de se nourrir pour continuer à vivre.
L’araignée épeire, par exemple, commence par tisser une toile qu’elle loge dans un endroit stratégique et dont les fils gluants rendent impossible la fuite de l’insecte : mouche, guêpe ou autre, qui a eu le malheur de la trouver sur sa route.
Elle-même s’étant soigneusement enduite d’un liquide huileux qui la met à l’abri de ce danger.
Si elle a faim elle dévore sa proie aussitôt, mais si ce n’est pas le cas, elle la saisit par ses pattes arrière et, après l’avoir étourdie par une morsure paralysante, elle l’enserre dans un cocon de soie qui va la conserver, impuissante mais intacte, jusqu’à ce que l’appétit se fasse de nouveau sentir.
Et c’est ce que font aussi ceux que j’appelle Pervers-Araignée, à ceci près qu’ils ne dévorent pas le corps de leur victime mais son esprit.

Les pervers sexuels agissent par brusques et incontrôlables poussées pulsionnelles et sont dès lors entièrement sous la domination de leur désir de posséder et de détruire l’autre.
Parmi eux, certains  suivent furtivement leur future victime jusque chez elle et emploient la force pour la maîtriser, lui faire subir les pires sévices –sexuels et autres-- avant de l’achever pour disparaître ensuite tout aussi furtivement.
D’autres la font monter dans leur voiture, de force ou doucereusement pour ensuite, sur le chemin ou à leur domicile, violenter et tuer ces victimes sans défense.
Alors, soulagés, ils redeviennent l’insoupçonnable M. Toulemonde jusqu’à la crise suivante.
Ils utilisent leur force musculaire pour maîtriser leur victime et satisfaire leur pulsion -- dont Freud nous a appris qu’elle meurt en s’accomplissant -- et  retrouver alors leur calme.

Les pervers araignées, eux, ne se servent pas de leur force physique et n’agissent pas dans l’urgence pour satisfaire leur pulsion prédatrice dès qu’elle se fait sentir, car ils sont capables (au moins dans une certaine mesure) de la contrôler.
Ils ne torturent pas non plus une personne inconnue, choisie sur  une pulsion incontrôlable, mais  quelqu’un qui vit avec eux et qu’ils tiennent sous leur emprise, le plus souvent leur compagne.
Ils ont pris mentalement possession d’elle, et ils la torturent savamment, la dégustant lentement, soigneusement, jour après jour, et suivant leur appétit, tout comme le fait l’araignée pour l’insecte qui est en son pouvoir.
Il arrive cependant que quelques-uns craquent et, repris par la pulsion, dépassent la mesure qu’ils se sont fixée et tuent la malheureuse sous les coups.
Alors la famille, les amis, les voisins, sont stupéfaits : quoi ! C’était un mari violent ? Capable d’aller jusqu’à tuer ? C’est impossible, il était si aimable, si prévenant… un voisin modèle, en somme,
et personne n’aurait pu soupçonner une chose aussi incroyable.

Et les médias s’empressent de faire de faire mousser une affaire qui fait frémir les lecteurs.
Perdre le contrôle d’eux-mêmes reste cependant extrêmement rare chez les pervers-araignée, et leur compagne finit le plus souvent par mourir de mort dite ‘naturelle’ si mourir de souffrance après toute une vie de malheur peut être ainsi qualifié.

Pendant qu’ailleurs, près ou très loin de là, se poursuit, à l’insu de tous, le martyre d’une autre femme…

Lire la suite...
"Pourquoi l'interdit rend nos enfants intelligents"

"Pourquoi l'interdit rend nos enfants intelligents"

- Actualités - Vendredi 25 Septembre 2015


Chers Amis, chers Lecteurs,

J’ai le grand plaisir de vous annoncer que mon ouvrage "Pourquoi l’interdit rend nos enfants intelligents", vient de sortir, hier 24 septembre, aux éditions Eyrolles !

Cet ouvrage, initialement paru sous le titre "Eloge de l'Interdit, Interdit créateur et interdit castrateur", a fait l'objet d'un reconditionnement à l'occasion de son deuxième tirage (nouvelle couverture et nouvelle maquette). Le texte reste inchangé par rapport au tirage précédent.

Je vous propose d’en découvrir ci-dessous le texte de présentation :

De nos jours l’interdit n’a pas bonne presse. La transparence est devenue la valeur suprême, le mystère n’a plus la cote. Pourquoi faudrait-il interdire quand nous voudrions pouvoir tout dire, tout montrer et tout faire, selon une légitime aspiration à la liberté ?
Nous oublions que sans interdit, nous ne pourrions ni penser ni créer. Refuser l’interdit c’est nous priver du champ nécessaire à l’épanouissement de notre pensée et de notre capacité créatrice. « Rien n’est plus passionnant » nous dit l’auteur, « que d’ouvrir la porte qui cache le secret qu’on croyait impossible à connaître, et c’est cela qui a motivé tous les découvreurs : les scientifiques, les artistes, les explorateurs, les ingénieurs et tous les créateurs ». C’est aussi grâce à l’interdit, en d’autres termes aux limites, que l’enfant utilise sa soif d’apprendre, développe son intelligence et apprend à vivre avec les autres.
En s’appuyant sur la littérature, l’art et le sport, l’auteur nous montre que les interdits sont la condition de notre épanouissement psychique et les garants de notre liberté de penser.


http://www.editions-eyrolles.com/Livre/9782212560817/pourquoi-l-interdit-rend-nos-enfants-intelligents

Merci pour votre attention et pour votre fidélité.

Avec toute mon amitié,
Gabrielle

Lire la suite...
"Pourquoi les autres y arrivent et pas moi ?" est  traduit en Italien !

"Pourquoi les autres y arrivent et pas moi ?" est traduit en Italien !

- Actualités - Lundi 25 Août 2014


Chers lecteurs,
 
Je suis aujourd’hui fière et heureuse de vous annoncer la très prochaine publication de mon dernier ouvrage « Pourquoi les autres y arrivent et pas moi ? Essai sur nos prisons imaginaires » dans sa version italienne !
 
« Perché gli altri ce la fanno e io no? Saggio sulle nostre prigioni immaginarie » paraît en Italie aux éditions Koinè, et sera disponible dans les librairies italiennes dès le mois de septembre.
 
Je vous souhaite une excellente rentrée.
A très bientôt.
 
Avec toute mon amitié,
Gabrielle

Lire la suite...
Plaidoyer pour la différence des sexes

Plaidoyer pour la différence des sexes

- Réflexions - Jeudi 17 Avril 2014


Comme nous l’a enseigné Esope, tout peut être la meilleure ou la pire des choses, et les certitudes partagées n’échappent pas à cette règle. Mais si on prend le temps d’y réfléchir on parvient finalement à savoir si on doit les préserver ou les remplacer.

Certaines certitudes erronées comme, par exemple, "Le Soleil tourne autour de la Terre" ou "Il est impossible de faire voler un objet plus lourd que l’air" ont longtemps été des évidences pour le plus grand nombre, mais elles ont été abandonnées quand on a pu démontrer qu’il n’en était rien.

D’autres, comme la répartition sexuelle des tâches, ont pu avoir leur utilité lors de la préhistoire de l’humanité car il n’est pas impossible que cela ait eu pour but de mettre les mères –et donc les enfants– à l’abri des dangers de la chasse.
Mais il n’est que trop vrai que c’est ensuite devenu un instrument d’injustice et d’oppression, voire même d’esclavage, qu’il était nécessaire de faire disparaître le plus rapidement et le plus radicalement possible.

Toute société, comme tout individu, doit donc constamment remettre ses certitudes en question et en changer si elles sont nocives ou obsolètes.
Mais avant de "faire la toilette" de nos certitudes il nous faut avoir trouvé les points d’appui capables d’étayer la nouvelle façons de penser.
C’est d’ailleurs une précaution indispensable dans bien des domaines car elle concerne les individus, les sociétés et même les objets.

Ces derniers ne doivent en effet leur stabilité, leur fiabilité et leur utilité qu’à ce qui assure leur cohésion : vis, boulons, rivets, tenons/mortaises ou autres. Si on ôte les liens, tout s’effondre et on n’a plus devant soi qu’une inutilisable ruine.
Le parler populaire, qui traduit souvent des réalités cachées nous dit, lorsqu’un groupe menace de se déliter, qu’il faut "serrer les vis" et lorsque c’est impossible, on dit qu’il faut "déboulonner" celui qui fait obstacle.
Les liens qui tiennent ensemble notre psychisme sont immatériels mais ils sont soumis à la même nécessité de ne jamais ôter un "boulon psychique" avant de pouvoir lui en substituer un autre, à la fois semblable et différent.

Semblable, car il doit avoir certaines des indispensables qualités du précédent, mais différent parce que, tout en étant aussi puissant et aussi efficace, il doit être moins rigide et donc capable de s’adapter à de nouvelles nécessités.
Les théories du genre qui secouent actuellement l’opinion relèvent de cette problématique : faut–il abandonner notre certitude que chacun des deux sexe est –et doit demeurer– bien différencié, ou faut–il au contraire les rendre aussi semblables que possible?

Les philosophes débattent savamment de ce problème, mais j’aborderai ici cette question uniquement par ce qui, véhiculé par le tamtam des médias et du bouche à oreille, trouble et inquiète les simples citoyens.
Ce qu’ils lisent ou entendent leur propose –voire leur impose– d’accepter l’idée que, comme le disait la célèbre phrase de Simone de Beauvoir dans son livre ‘Le deuxième sexe’ : "On ne nait pas femme, on le devient" et on  ajoute que penser le sexe en tant que donnée biologique est une erreur, puisque c’est en réalité un fait de société. D’où il résulte que le vrai déterminant est le genre et non le sexe biologique, le genre étant ce qui décide de la masculinité ou de la féminité de chaque individu.

Il faut donc changer le regard de la société dans ce sens pour tendre à supprimer la différence entre le masculin et le féminin et rétablir ainsi l’égalité entre les deux sexes.

Cette façon de penser, qui mène in fine à l’indifférenciation sexuelle, me semble inadéquate et nocive car, là comme ailleurs, ce sont nos différences qui nous enrichissent.

Ce qui est exact par contre, c’est que les hommes et les femmes sont égaux, que la société doit les considérer ainsi et que chacun doit s’employer à faire triompher cette façon de penser.

Mais l’égalité n’est pas l’identité, et d’ailleurs ce n’est pas parce qu’elles sont des femmes que les hommes les ont infériorisées, c’est parce qu’il est commode d’avoir des esclaves à son service. Comment y renoncer si l’on n’y est pas obligé alors que même le plus miséreux des hommes a toujours à son service une esclave qui le sert : sa femme.

Freud nous a appris que les historiettes qu’on raconte en riant sont en réalité pleines d’enseignements[1].
En voici une qu’on racontait il y a quelques années : Aurélie avait longtemps été l’employée de maison d’une famille composée des parents et de leurs deux jeunes enfants. Elle était chargée du ménage, des courses et de la cuisine, et son salaire était convenable mais, après quelques années, elle avait quitté ses patrons avec leur accord.
Son ex patronne, rencontrée par hasard quelques années plus tard, lui avait demandé des ses nouvelles et elle avait voulu savoir si Aurélie était contente de sa nouvelle vie.
"Oui, avait répondu celle–ci, mais il y a vraiment trop de travail, car je dois faire le ménage, les courses et la cuisine, comme chez vous mais en plus je conduis et vais rechercher les trois enfants à l’école, je surveille leurs devoirs, je leur fais réciter leurs leçons, je prépare le dîner, et  je les mets au lit avant de ranger la cuisine et le salon. Et en plus, lorsque je vais me coucher morte de fatigue, ce monsieur veut encore qu’on fasse l’amour".
Effarée, l’ex patronne s’était exclamée : "Mais pourquoi ne quittez–vous pas un pareil patron ?" Et Aurélie de répondre "Ah, madame, je ne peux pas : c’est mon mari !".

Je propose donc cette phrase :
‘On ne nait pas esclave, on le devient’ pour affirmer que ce n’est pas le sexe biologique qui crée cet esclavage mais ceux qui se servent de cette discrimination sexuelle commode pour affirmer leur emprise et asseoir leur domination sur les femmes.

Ce système est même si efficace que lorsqu’on ne peut pas dominer une personne ou un groupe par ses propres qualités on le fait en l’infériorisant, ainsi qu’on le voit encore trop souvent envers ceux qui n’ont pas la "bonne" couleur de peau, la "bonne" religion, ni surtout le "bon" sexe.
Le problème n’est donc pas d’être une femme, c’est qu’on la considère comme une citoyenne de seconde zone.

Et par conséquent la solution n’est pas d’abandonner une part de sa féminité pour se faire accepter mais au contraire de l’affirmer en refusant toute infériorisation.

Il y a actuellement un ‘bourrage de crâne’ qui voudrait nous faire croire qu’on parviendra à l’égalité en rendant les femmes moins féminines et les hommes moins masculins, alors que le but à atteindre n’est pas d’uniformiser les sexes mais bien de faire en sorte qu’ils soient égaux et différents.

Nous n’en sommes pas encore là, et il reste beaucoup à faire pour obtenir l’égalité, mais dans les Congrès, lors de tables rondes ou à la T.V., on voit constamment débattre à égalité des hommes et des femmes.
Elles sont là en tant qu’expertes de haut niveau : économistes, médecins, climatologues, journalistes, astronautes, cinéastes, sportives, scientifiques de toutes les disciplines etc.
Certaines portent des vêtements très féminins, d’autres des habits plus neutres, mais il ne viendrait à l’esprit de personne, ni de l’animateur, ni de leurs collègues, ni surtout d’elles–mêmes, l’idée qu’elles pourraient être considérées comme inférieures parce qu’elles sont des femmes.
Car ce n’est ni le sexe ni la façon dont on est habillé(e) qu’on doit prendre en compte, c’est la compétence de chacune et de chacun.

C’est ce qu’a montré le film "La journée de la jupe", où l’on voit Isabelle Adjani aller jusqu’à faire le sacrifice de sa vie (tout en sauvant celle de l’élève qui l’avait rabaissée en tant que femme) pour être jugée non sur le fait qu’elle portait une jupe mais sur ses qualités d’enseignante.
Elle avait été acceptée par les petits mâles fanfarons de sa classe tant qu’elle avait porté un  pantalon[2] ce qui, à leurs yeux, la privait d’une part de sa féminité. Mais porter une jupe ? Holà ! C’était inacceptable, et seules les mères ont le droit de porter une jupe ou une robe car "Toutes les femmes sont des putes sauf ma mère" et "Fais le ménage et la cuisine, occupe–toi des enfants et tais–toi" est le credo de ces petits imbéciles.

Les enseignants sont confrontés à ce problème : si l’on demande aux enfants de dessiner une femme, ils ont tendance à lui mettre une robe et des bijoux. Est–ce un stéréotype ?

La réponse est oui, mais qui est nécessaire, parce que les enfants ont besoin de deux modèles différents d’identification pour se construire.
Et c’est aussi pour cela qu’il faut laisser les fillettes choisir librement une poupée plutôt qu’une mitraillette comme cadeau de Noël : elles apprennent ainsi leur futur rôle de mère.

C’est la différentiation qui est importante, pas la façon dont on la traduit : les Ecossais portent des jupes et n’en sont pas moins virils pour cela. Vouloir uniformiser les sexes est une erreur, car cela revient à confondre être égaux et être identiques. Nous devons être égaux et différents, car être égaux, ce n’est pas renoncer à s’affirmer en tant que femme, c’est s’épanouir en remplissant tout l’espace et toutes les possibilités que cela nous offre, alors qu’aller vers une identité entre hommes et femmes diminue nos facultés créatrices parce qu’elle nous propose l’uniformité d’un seul modèle.

Et aussi parce que la supériorité ou l’infériorité d’un être humain ne tient ni à son sexe, ni à sa couleur de peau, ni à sa religion, ni à sa place dans la société : elle ne peut être mesurée qu’à l’aune de ses qualités morales. 

Gabrielle Rubin © tous droits réservés
 

 
[1] S. Freud : Le mot d’esprit et ses rapports avec l’Inconscient.
[2] Il leur avait sans doute échappé que les pantalons que portent les femmes sont féminins, de même qu’elles n’achètent pas leurs bottines chez un chausseur pour hommes.

Lire la suite...

Découvrez :

logo Esneval Editions
logo linkedin logo twitter logo facebook