A découvrir

Éloge de l'interdit
Éloge de l'interdit



Sortie: 2010
Editions: Eyrolles

Du bon usage de la haine et du pardon
Du bon usage de la haine et du pardon



Sortie: 2007
Editions: Payot

Cannibalisme psychique et obésité

1997, Paris, Delachaux et Niestlé

Télécharger gratuitement

Freud introduisit la notion de cannibalisme psychique dès 1905 en la résumant ainsi : « Je veux manger cela ou je veux le cracher » ou encore: « Je veux introduire ceci en moi et exclure cela de moi ». C'est un cas particulier d'incorporation qui est ici étudié, celui où le sujet a incorporé (et non intériorisé) son Objet perdu de façon si concrète qu'il est obligé, sans le savoir, de nourrir cet objet et donc de manger pour deux. De cette obligation naît une obésité qu'on ne peut réduire tant que sa cause profonde n'a pas été dévoilée. Les cas cliniques rapportés montrent qu'il s'agit de deuils (réels ou fantasmatiques) impossibles à mener à terme. L'Objet dont la perte est niée est parfois celui du patient et parfois un Objet transgénérationnel, c'est-à-dire dont le sujet a été chargé par un parent ou un aïeul. Une première partie donne des éléments théoriques sur le cannibalisme psychique, le deuil, la transmission transgénérationnelle et la boulimie. La deuxième partie concerne les implications psychiques du cannibalisme « vrai ». Enfin, la troisième partie expose la clinique de cas d'incorporation de l'objet.

Cannibalisme psychique et obésité est un livre profondément ancré dans la clinique, comme il s'en fait somme toute assez peu. L'auteur, Gabrielle Rubin, y soutient une thèse originale quant à certains cas de surcharge pondérale. Elle rapporte trois cas d'analyse de patients présentant un problème d'obésité, dont un qu'elle expose avec suffisamment de détails pour permettre au lecteur de bien prendre la mesure des idées qu'elle avance.

L'idée principale du livre est de démontrer que dans ces cas qui ne correspondent aucunement aux descriptions des troubles alimentaires généralement étudiés (anorexie et boulimie), un "hôte" est hébergé à l'insu du sujet de façon si concrète qu'il l'oblige littéralement à manger pour deux. Cet objet incorporé est le résultat d'un deuil impossible, parfois provenant d'une génération antérieure, et échappe à la vie psychique et donc longtemps au travail de l'analyse. L'origine traumatique de cet état de faits est étudié par l'auteur qui revoit, au passage, les notions de deuil et d'identification, de même que le phénomène réel du cannibalisme.


Gabrielle Rubin © tous droits réservés